Peut-on vraiment lire l’avenir dans les reflets du cristal ? Peut-on sonder le devenir humain à l’aide d’un simple jeu de cartes ? Les voyants sont-ils des gourous, des illuminés ou bien simplement de grands farceurs ? Attiré comme la limaille vers l’aimant par ces mystérieuses questions, j’ai décidé de sauter le pas et d’aller consulter un médium !

Je pousse fébrilement les portes du cabinet de Jean-François Rottier. Ce grand mordu d’ésotérisme et d’arts divinatoires compose, sous le pseudonyme de Marc Angel, des horoscopes pour Femme Actuelle. Il est également l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’astrologie et apparaît régulièrement dans des émissions télévisuelles traitant de voyance.

Jean-François Rottier : le médium prémium !

Alors que je m’attendais à rencontrer un excentrique en toge, couvert de breloques et coiffé d’un turban ; c’est finalement un homme en costume et aux manières très simples qui m’accueille. Va-t-il me faire un lavage de cerveau ? Suis-je en train de sauter à pieds joints dans une arnaque ? Trop tard pour faire marche arrière : je laisse mes petits préjugés en salle d’attente et je me prépare à ouvrir avec lui les portes du temps !

La séance commence avec le calcul de mon thème astral. Pour le définir, votre date et heure exacte de naissance sont nécessaires. Attention, 30 minutes de décalage et les résultats sont faussés ! La carte du ciel est un cercle divisé en 12 sections de 30°, représentant chacune un signe du zodiac.

Jean-François Rottier : le médium prémium !

Comme dirait l'autre, ce qui a été dit ne l’a été que pour moi ; mais je peux affirmer que certaines assertions étaient troublantes de justesse ! Ensuite, M. Rottier en est venu à l’écriture automatique, laissant courir son stylo sur une feuille et essayant de capter des informations. L’énigmatique formule « on me dit que… » précédait chacune de ses assertions. Un changement de domicile a été notamment évoqué ; ce qui correspond en effet à mes projets. Toutefois, j'ai noté certaines étrangetés : le mot « pastille » est revenu plusieurs fois pendant l’entretien...le mystère reste entier !

Je vous tiendrai donc au courant pour vous confirmer si le futur qui m'attend ressemble à celui qu'il m'a dévoilé.

La séance terminée, Jean-François Rottier a accepté de répondre à mes questions. L’occasion d’entrer plus avant encore dans la réalité brumeuse et fascinante des médiums !

Jean-François Rottier : le médium prémium !

Puisquemoije : Quand avez vous réalisé que vous aviez ces capacités de voyance ?
Jean-François Rottier : Depuis très longtemps, je suis passionné par l’astrologie ; cela à commencé quand j’avais 14 ans, je me souviens que j’étais en troisième. Chez moi il y avait des encyclopédies Larousse, pleine de mythes et de légendes grecs. Je me suis très tôt penché sur l’astrologie et, cahier à la main, je demandais à tous mes camarades de classe leurs signes astrologiques. Je me suis ensuite passionné pour le symbolisme, les tarots, et un jour j’ai emporté un jeu lors d’un voyage en Égypte. J’étais accompagnateur sur un bateau et j’ai commencé à y tirer les cartes pour les passagers. Plus tard, lors d’un salon à l’Hôtel Ambassadeur boulevard Haussmann, je me suis présenté à une voyante qui a descellé en moi cette capacité. Mon premier flash a été au restaurant avec elle, j’ai « vu » un serveur aller au lit avec un pantalon de pyjama et un marcel ! C’est très anecdotique mais c'est parti de là.

PMJ : Comment différencier le médium du charlatan ?
JF Rottier : Un vrai médium doit vous parler soit de votre situation présente soit de votre passé. Tout se joue dans les cinq premières minutes, avec la confiance. Mais retenez que je ne peux me présenter à vous comme voyant que parce que vous me reconnaissez, parce que vous me percevez ou non comme tel. Si je vous donne des informations fausses sur votre passé, vous le percevez tout de suite.

PMJ : Pourriez-vous situer socialement votre clientèle ?
JF Rottier : Ce sont des classes moyennes principalement. Le rapport à la voyance n’est effectivement pas le même selon les classes. Les souches aisées iront vers l’astrologie, qui est plus « haut de gamme ». Les classes moyennes vont plus vers la voyance. Et la clientèle est essentiellement féminine.

PMJ : Comment expliquez-vous que la gent féminine soit plus attirée que les hommes par la pensée magique ?
JF Rottier : Je pense que la femme est plus réceptive, c’est une coupe, un réceptacle. Elle reçoit les émotions. Je pense également qu’il y a en tout voyant une féminité et une sensibilité plus exacerbée.

PMJ : Pourriez-vous nous donnez quelques trucs si l’on souhaite devenir voyant ?
JF Rottier : D’abord il faut avoir de l’empathie à l’égard des autres et il faut faire de la voyance pour soit, sinon cela ne fonctionne pas. Il faut désacraliser la voyance car si on l'idéalise on va avoir tendance à ne plus penser qu’en terme de vie et de mort. La voyance n’est pas un médicament ou une formule magique.

La télépathie peut être expérimentée avec un ami : faites lui deviner une couleur ou un chiffre auquel vous pensez. Je suis pour ma part clairaudient et beaucoup me demandent d’où me viennent ces voix, je ne cherche pas à savoir ; je les reçois c’est tout. Mais tout n’arrive pas aussi directement que les gens le pensent. Par exemple, j’ai déjà entendu des bruits de sabots ; ma cliente n’avait jamais fait de cheval mais était accro au PMU !

PMJ : Où est la limite ; pourquoi la cartomancie et pas la nécromancie, la capnomancie ou la bibliomancie ?
JF Rottier : Au départ, ce qui m’intéressait c’est le symbolisme des cartes. Lorsque je regarde par exemple la carte qui représente le monde : je vois Saint Luc, Saint Marc, Saint Matthieu et Saint Jean, lesquels renvoient autant à "la terre, le feu, l’eau et l’air" qu'à "savoir, vouloir, oser, se taire". Si vous regardez le Sphinx en Egypte ; vous voyez les flancs du taureau, les pattes du lion, les ailes de l’aigle et le visage de l’ange. J’aime beaucoup ces correspondances symboliques et numérologiques.

PMJ : Est-ce que cela aide d’être médium pour la drague ?
JF Rottier : (rires) Ça l’a été quand j’étais jeune ! Mais celui qui partage votre vie peut vite attendre de vous que vous voyiez pour lui des choses. Mais une fois un premier cap passé, le voyant disparaît au profit de l’homme.

PMJ : Entre voyance téléphonique, télévisuelle ou en privée, quelle est votre préférence ?
JF Rottier : Souvent on critique la voyance téléphonique. Je ne suis pas de cet avis car avec la voyance téléphonique on a beaucoup plus de recul. Un peu comme quand Freud est passé de l’hypnose à la psychanalyse en passant derrière le patient ; si vous êtes en face de moi, votre réaction physique va forcément conditionner ma prochaine vision. Donc je ne suis pas totalement neutre. Alors que certaines choses viennent beaucoup plus facilement lorsqu’on ne voit pas la personne. L’idéal pour moi c’est lorsque l’on ne me pose pas de question et qu’on me laisse dire ce qui me vient.

PMJ : Est-ce que cette faculté est parfois handicapante ?
JF Rottier : Oui, lorsque des prémonitions graves touchent des proches et qu’on réalise qu’on ne peut rien faire. J’ai même arrêté la voyance pendant un moment après le décès d’un ami.

PMJ : Pourquoi ne pas utiliser votre don pour parier, jouer ou filouter ?
JF Rottier : On me le demande souvent. Si j’avais les numéros je les garderais pour moi (rires) ; j’avais un confrère qui donnait plein de chiffres à plein de gens en leur faisant signer un papier ; si jamais ils gagnaient il devaient donner 10 % de la somme… Je ne sais pas si ça a bien marché pour lui ! En outre, les aptitudes varient en fonction de ce que l’on a vécu. Une infirmière qui devient voyante va être forte dans le domaine de la santé. De même, un ancien professeur va développer une acuité particulière vis-à-vis de tout ce qui a trait au travail. Pour ma part, je n’ai jamais fait de voyance pour payer mon loyer ! Si vous faite de la voyance pour gagner votre vie, il y a forcément des dérives. On m’a déjà demandé si je faisais des filtres d’amour par exemple, je n’ai jamais accepté mais tout le monde n’est pas comme ça !

PMJ : Avez-vous parfois des clients un peu borderline, qui ont tendance opérer un transfert sur vous ?
JF Rottier : Cela arrive évidemment. Il faut savoir freiner. Parfois le client vous harcelle, vous tient pour responsables de ses problèmes, vous insulte... Et puis il revient ! Parfois, le malheur semble donner tout les droits : d’où le fait qu’on m’appelle parfois à trois heure du matin ! Il faut donc savoir doser.

PMJ : C’est difficile à encadrer la voyance ; y a-t-il une déontologie particulière ?
JF Rottier : Ceux qui ont voulu l’encadrer s’y sont cassé les dents! Il y a beaucoup d’égo dans la voyance et les médiums sont des divas ; il y a aussi beaucoup d’artistes ratés parmi eux (rires) ! Il ont du pouvoir sur les autres et parfois, malheureusement, ils en profitent.

PMJ : Qu’est-ce qui vous plait le plus dans ce métier ?
JF Rottier : Moi, c’est la variabilité de la nature humaine qui m'attire. 10 clients vont vivre de 10 façons différentes un même événement ; c’est cela qui me fascine. De plus, étant petit j’avais une jeune voisine qui dansait souvent sur son balcon ; j’aurais bien aimé être une petite souris pour pouvoir m’immiscer sans être vu dans sa vie (rires) ; il y a donc bien sûr un peu de voyeurisme dans la voyance ! Mais surtout, la voyance m’a appris à ne jamais me plaindre et à ne pas juger.

PMJ : Et que "voyez-vous" pour la suite ?
JF Rottier : Je vais poursuivre les émissions, notamment ID voyance qui continue, ainsi que mes activités d’astrologue en écrivant dans Femme Actuelle !

Retour à l'accueil