Cinéma

Une histoire presque sans histoire, pas loin du documentaire. Tantôt lent, plutôt long ( trois heures). Pourtant je ne baille pas, je ne m’ennuie pas. Je reste scotchée à chaque tableau, magnifique.
Le passage du temps prend la forme d’un rituel et même les gestes simples deviennent fascinants.

affiche.jpegLa petite histoire : Des familles de paysans à la fin du siècle dernier, dans une grande ferme bergamasque, en Lombardie. La veuve Runk, devenue lavandière pour nourrir ses 6 enfants, les Batistì, dont un des enfants va à l’école, les Finard, avec le père, tricheur et colérique, les Brena et leur fille Maddalena, jeune femme timide et amoureuse.
Mais surtout il y a leur vie, leurs rêves et leurs espoirs, rythmés par les quatre saisons.
Une chronique détaillée du quotidien paysan au fil des cycles saisonniers, ponctuée par une naissance, un mariage, une fête. Avec, en filigrane, une réflexion sociale sur le climat politique de l'époque.

Ermanno Olmi, né aussi d’une humble famille de paysans bergamasques, a cherché la poésie des moments précieux dans la mémoire collective de ses racines. Il a écrit, dirigé, tourné et monté lui-même son film. Avec un budget ridicule pour un film de 3 heures, Olmi a tourné en 16 mm, en extérieurs réels, avec des éclairages naturels. Le montage a duré 6 mois. 

Dans ce film, aucune tête d'affiche ni vedettes. Tous les acteurs sont de vrais paysans bergamasques, totalement méconnus, qui jouent dans leur dialecte. Olmi a trouvé ses personnages à la campagne, dans des bistrots ou dans les champs. Et ce sont ces paysans qui ont donné forme au film, avec leur jeu naturel, la spontanéité et la pudeur de leurs gestes, de leurs regards.

Ça donne quoi ? Un film non-conformiste et hors normes, avec une qualité d’image exceptionnelle qui dégage une authenticité rare. Un film qui nous fait ressentir la nostalgie du réalisateur pour cette époque où la famille était le pilier de la vie, où enfants, parents et grands parents étaient réunis dans le travail ou autour d’un feu. Et où l’être primait sur l’avoir. Qui nous fait pénétrer cet univers où se mélangent le respect de la nature et la foi en Dieu, la superstition et le sacré. Qui nous fait percevoir chaque nuance de leurs sentiments, leur lutte quotidienne pour la survie, la tendresse pour leurs enfants ou l'innocence de l’amour.
On imagine leur vie et leur travail dans des maisons et sur des terres qui ne leur appartiennent pas et où les animaux et même les outils sont au propriétaire. Qui use et abuse de son pouvoir. Et fait d’un arbre un symbole de pouvoir.

Aucun excès, aucun éclat. Même la fin, insupportable, est racontée avec pudeur.

Cette grande fresque rurale ce n'est pas un film d'anthologie, main un film d’humanité d’un réalisme saisissant.
Ce n’est pas non plus un film grand public, mais un chef d’œuvre à conseiller aux cinéphiles avisés qui aiment la magie des sensations pures et les prouesses d’un réalisateur surprenant.

L'Arbre aux sabots - DVD

Date de sortie : 1978 - Italie -
Durée : 3H
Réalisation : Ermanno Olmi
avec : Luigi Ornaghi (Batisti), Francesca Moriggi (Batistina), Omar Brignoli (Minek), Antonio Ferrari (Tuni), Teresa Brescianini (La veuve Runk)
Sortie France: 27 Septembre 1978
Genre : Drame.
Titre original : L'Albero degli zoccoli
En Italie, le film est sorti en VO, sous-titré en italien.

   
Retour à l'accueil