Parce que la publicité est partout, sur les écrans de télé, du Net, dans la rue, dans les métros, dans les boîtes aux lettres, le gavage finit par provoquer le rejet.

"Trop de pub tue la pub", disait Jacques Séguéla en 1990. Ça n’a jamais été aussi vrai qu’aujourd’hui. Chaque consommateur est la cible d'environ 7.000 messages publicitaires par jour et chaque ménage reçoit, dans sa boîte aux lettres, 40 kg de prospectus.

Selon un récent sondage, ils sont 79% à la trouver envahissante, 65 % banale, 58 % agressive et 51 % même dangereuse.
link ) 

Mais aussi mièvre, fade et ennuyeuse. Si une pub créative ou étonnante, une pub qui sait parler à l'intelligence des gens, bref une bonne pub, peut donner du plaisir, celle qui recycle ses vieux clichés ou qui fait pleurer d'ennui, est vécue de manière intrusive et agressive.  
 

La quantité n'a jamais remplacé la qualité. Sans compter que, dans un environnement économique compliqué, dans une société qui compte plus de 2 millions et demi de chômeurs et plus d’un million de RMIstes, l’appel à la consommation est vécu comme une provocation. Et les mythes d’abondance étalés par la pub sont accusés de créer des besoins inutiles.. 


Pas facile d'être aimé, quand on est le côté émergeant de l'iceberg de la société de consommation. Et s'il y a 20 ans, les consommateurs consommaient, sans se poser trop de questions, aujourd'hui ils se font exigeants.
Finie la confiance dans les marques sans éthique ! Désormais, il faut la mériter. Et pas question d'accepter sans ciller les dérives de la pub. Ou d'acheter à tout prix, ni d’être traités comme simples récepteurs. L’être a pris le pas sur l’avoir, le sujet sur l'objet, la connivence sur la performance, l’éthique sur l’individualisme, la consommation de sens sur la consommation abusive. 

Le monde a changé. Le Français aussi. Aujourd'hui émergent d’autres valeurs, d’autres envies. Mais la pub, elle n'a pas changé. Et le pire, c'est qu'elle n'écoute pas le consommateur.

Mais ne tapez pas sur la pub ! Elle est nécessaire. Elle relance la consommation et crée des emplois.
Et elle peut être étonnante, même fascinante. Qui n’a jamais été séduit au moins une fois dans sa vie par une pub géniale ? Certaines sont même devenu "culte".


Réfléchissez bien, au fond ce n’est pas la pub qui doit être mise en cause, mais sa mauvaise utilisation.
Pourquoi on ne pourrait pas faire moins de pub, mais de meilleure qualité ? Oser l’insolence corrosive plutôt que se contenter d'idées molles ? Préférer l’intelligence au formatage des cerveaux, le respect à la pollution mentale, la qualité à la quantité, l’éthique aux dérives. Et ré-inventer une pub qui sache rentrer en résonance avec les gens. Plus humaine, plus responsable, à l'écoute des nouveaux besoins des Français.


Une pub que les consommateur seraient ravis de voir. Et que les publicitaires seraient fiers de réaliser.

Si vous aussi vous pensez que la publicité doit évoluer et qu'il est nécessaire d'ouvrir le dialogue, n'hésitez pas à signer la pétition en ligne : link


Plus d'info : link

Retour à l'accueil