Vous connaissez la chanson. Vous avez même enregistré les règles d’or : appliquer une crème solaire protectrice une demi-heure avant chaque exposition, continuer toutes les 2 heures, recommencer après s'être baigné, s'exposer progressivement et éviter soigneusement les heures pendant lesquelles les rayons du soleil sont plus dangereux (11h-16h). Mais devant cette mer bleue, vous êtes frappé d'amnésie totale. Logique, ici tout marche au ralenti, y compris vos neurones.

  Et voilà que vous finissez par vous baigner à l'heure où vous devriez partir en courant. Et une fois mouillée, vous allez vous coucher hors du parasol, parce que, évidemment, on sèche plus vite. En oubliant, bien sûr, de remettre l’énième couche de votre crème protectrice. Et puis, zut, le sable qui colle à la crème, c’est si déplaisant ! Et se tartiner sans cesse finit par être fatiguant. 

Et c'est au moment où vous finissez par vous croire au paradis, que c’est l’enfer. Parce que c’est là, juste à ce moment précis, que ce traître de soleil ne vous rate pas. Vous rentrez en ressemblant à un homard en fin de cuisson. Et, le pire c'est que ça fait mal. 

Quoi faire si on a oublié la Biafine et qu'on commence à souffrir juste à l'heure où la pharmacie vient de fermer ? 

Commencez par prendre une bonne douche à l'eau froide. Ou, encore mieux, un bain bien frais, en diluant dans la baignoire un peu de bicarbonate de sodium. Mince, vous ne l'avez pas emporté. Bon, passons au plan B. Un joli sourire au chef cuisinier et vous repartez avec une tomate bien mûre. Vous en coupez une tranche et vous l'appliquez-là, où ça fait mal, pendant vingt minutes. La tomate capte et emmagasine la chaleur. C'est une méthode ancienne qui soulage la douleur et empêche la peau de cloquer. Testé et garanti.

Et si vous avez du mal à vous procurer la tomate, pas de panique ! Vous allez bien trouver ce qu’il vous faut. 

Du lait écrémé, par exemple. Il contient des protéines qui ont un effet calmant. Mélangez 25 cl de lait écrémé à 1 litre d’eau et ajoutez quelques glaçons. Appliquez les compresses pendant dix à quinze minutes et renouvelez l’opération toutes les deux à quatre heures. 

Même effet avec le yaourt nature. Rafraîchissant, calmant et hydratant. Le yaourt est un bon remède d’urgence contre les coups de soleil légers. Badigeonnez la brûlure d’une épaisse couche de yaourt et laissez agir une quinzaine de minutes, rincez à l’eau froide et séchez délicatement.

Et si vous n'avez rien de tout ça, allez boire un thé. Vous en profiterez pour repartir avec un sachet tout neuf. Vous le trempez dans de l’eau froide et vous l'appliquez sur la brûlure. Rafraîchissant, le thé peut soulager e la douleur et réduire l’enflure. La camomille aussi fera l'affaire.

 

Il y a des tas d'autre méthodes "grand-mère". Comme la tranche de pomme de terre coupée en deux, la lotion faite avec le jus de citrons mélangé à l’eau froide, ou encore des compresses de vinaigre de cidre et d’eau froide. 

 

Il parait aussi qu'une pastille de javel diluée dans l'eau et passée sur le coup de soleil avec un gant peut marcher. Mais si vous avez la peau fragile, elle risque de l’irriter. C’est une option à déconseiller.

 

Vous pouvez aussi essayer la gelée rafraîchissante d'un feuille coupée d'Aloès Vera. Ou le jus d’un cactus. En Sicile, un autochtone a fait des miracles en coupant une feuille de cactus et en badigeonnant le bras écarlate de ma mère avec son jus. Mais bon, on n’a pas toujours sous la main un cactus ou une plante d'Aloès.

 

Évidemment si la brûlure est grave et votre peau est rouge et cloquée, s'il y a une altération de l’état général, (association de fièvre, nausées ou vertiges) appelez SOS médecin. Et n'oubliez jamais que le meilleur remède contre les brûlures c’est de les éviter.

 

Retour à l'accueil