Malgré l’air doux et le soleil étincelant, j’ai passé mon week-end à la Mairie du XIe. Ça vous en bouche un coin, hein ? Qu’il y avait-il de si extraordinaire pour que je résiste à l’appel du soleil ? Et bien, l’appel de « Lire en fête".

Il faut reconnaître que le concept du salon « Blogs et livres » est audacieux et avant-gardiste. Mélanger les blogs aux bouquins, fallait  le faire ! Faire côtoyer sacré et  profane, modernité et tradition, c’est un bon coup de plumeau dans le milieu froid, figé et hautain du livre. Et c’est aussi rendre plus accessible le plaisir de la lecture dans une ambiance chaleureuse où écrivains,  blogueurs, éditeurs et libraires se mélangent joyeusement.

Moi, je faisais partie des auteurs (link) qui tiennent un blog, pardon, deux. Et pendant que j’attendais mes futurs lecteurs pour leur concotter une super dédicace, mon livre, Pubelle (link) se pavanait sur une table, entouré de copains et copines très brillants. "J’attendais", c’est beaucoup dire puisque si Pubelle était bien entourée, moi je ne l’étais pas moins.

Juste à ma gauche, Nicolas Ancion, (link) écrivain de talent connu et reconnu, qui, en plus de ses deux derniers romans, venait présenter « Nous sommes tous des playmobiles », un recueil de nouvelles au titre prometteur et aguichant. Tout comme son parti pris de prendre le contre-pied des idées reçues pour dresser un portrait drôle et surprenant du monde dans lequel nous vivons. D’ailleurs Nicolas  ressemble bien à son dernier bouquin. Mais non, pas à un playmobile, Nicolas est drôle et surprenant.

À ma droite, Eric Van Hamme, venu présenter son dernier roman. Eric a deux passions : sa famille et les mots. Et puisque sa femme et ses filles n’étaient pas avec lui, il s’est dédié complètement aux mots. Il a arrêté de noircir ses pages juste pour répondre à mes questions. Nous avons discuté en particulier de son deuxième  roman « Le fil d’Ariane », qualifié par un lecteur de « Thriller psychologique » et de l’écriture instinctive qu’il utilise pour les billets de son blog. (link)

A l’ouverture des portes, il n’y avait pas de horde sauvage. D’ailleurs par la suite non plus. Et pour cause ! Tandis que Lætitia, Président de l'Association Des Livres et du Net, alias Mademoiselle Gima, (link) se prenait la tête pour que chaque détail soit parfait, la Mairie avait préparé des jolies affiches, des animations, une expo de petits mots, des conférences, mais elle avait tout simplement oublié de communiquer. Les rares visiteurs arrivaient en famille, par vagues et par hasard. En gros, ils passaient par là. Certains regardent, d’autres achètent, d’autres encore allaient discuter avec leur auteur préféré.

Et nous avons profité des moments "calme plat" pour discuter entre nous. Puisque ce n’est pas parce qu’on écrit qu’on ne lit pas. Chaque auteur s’intéressait aux bouquins des autres, au moins de ceux qui étaient assis pas trop loin. Moi, j’ai échangé avec la passionnée et passionnante Cécile Dufour, venue présenter son premier roman « Vegalamour » un journal intimiste d’une femme extravertie.

Ou avec la pétillante Elisabeth Robert (link) pour qui la vie est faite de rencontres et, qui, tout comme son dernier bouquin « Au-delà des regards » aime croiser, observer, deviner les gens  et lire dans leur regard. Et puis plein d’autres, mais bon, si vous vouliez tout savoir, vous n’aviez qu’à venir ! Vous aurez même découvert que le soleil et l’air était doux étaient à l’intérieur. 


Retour à l'accueil