alex.jpegLui, il ira loin. Ce petit blondinet à l'air sage est bourré de talent.

Pourtant ça commence mal. Un bout de fesse en dehors de la banquette dure et sans dossier du minuscule Point Virgule qui explose de monde, je me tortille en regardant le premier sketch, pas très accrocheur. Wuoais, bien joué, c'est tout. Mais très vite j’oublie mon mal au dos, captivée par le jeu d’Alex Lutz et par son spectacle qui monte crescendo. Ça fait des mois que je n’ai plus envie d’écrire un billet sur les  « one man show »  que je vois régulièrement. Et là, enfin, je me réveille.

Il a la candeur sans l’insignifiance, la drôlerie sans les grosses ficelles, la jeunesse sans la puérilité. Comédien talentueux, il change de tête, de sexe, d’âge en se glissant dans les corps et dans l’âme de ses personnages. Le voilà en directeur de casting complètement hystéro ou en vendeuse poufiasse qu’on claquerait sur le champ. Son sens de l'imitation, de la reproduction et bien évidemment de l'observation, dépasse tout entendement.

De la petite ado déjantée à l’élue locale en passant par le technicien soixante-huitard et par le papy ancien patron de cabaret, Alex Lutz reproduit les gestes, les intonations, les regards, les postures du corps jusqu’aux moindres détails. Les vrais gens, avec leurs tics et leurs tocs. Tous ses personnages sont tellement réels qu’on y croirait.

Bref, c'est drôle, c'est fin et même pas surjoué. Alléluia !

Alex Lux, one man show
Mise en scène de Sylvie Joly
Le point virgule
7, Rue Sainte-Croix de la Bretonnerie - 75004 Paris
du 09/09/09 au 30/12/09 à 20:00 : Mercredi, Jeudi, Vendredi, Samedi
Le 31/12/09 à 20:00 : Jeudi
En Janvier 2010 à La Cigale et au Palace

Retour à l'accueil