birravert(33)Incontestablement le “hit machin” auquel il fallait se montrer hier soir, c’était la soirée Heineken organisée pour le lancement de la Bière des champs.

C’était parti pour une bonne soirée : à part quelques embarras de la circulation vers Châtelet-Hôtel de Ville, je n’ai mis qu’une heure et demie pour rallier la rue Oberkampf (Paris 11e) en provenance de Versailles; le seul attroupement notoire n’était pas le fait de manifestants anti réforme des retraites, mais la file d’attente pour entrer dans le saint des saints : le Café Place Verte qui hébergeait l’événement. J’ai même trouvé une place pour me garer au chausse-pied, quelques centaines de mètres plus haut. Jusque là, je l’avais bordé de nouilles. Royale, j’ai grillé toute la file et je me la suis jouée VIP car ma copine Babette m’avait inscrite sur la liste des invités. En échange j’ai reçu un bracelet en cahoutchouc d’une valeur de deux consommations.

 

Dans une ambiance vert aquarium et music lounge (j’ai falli confondre le DJ avec le vestiairiste mais je me suis aperçue à temps de mon erreur sinon, je jetais mon manteau sur les platines), il y avait plein de “bioutifoul pipole” qui squattait les distributeurs à bière et, devinez quoi, tapaient l’incruste au buffet…. providentiellement regarni au compte-goutte par des extras débordés. Bilan : une verrine de taboulé, un mini fondant au chocolat, deux microscopiques club sandwiches et le dernier baba au rhum miniature. J’ai fait quelques provisions pour Babette et on a gentiment pique niqué debout dans un coin tranquille. Et puis, on a fait un photocall, avec tablier de brasseur et chapeau de paille. Nous sommes croquignolettes, enfin surtout moi qui ne craint pas le ridicule. Et Babette, elle est toujours belle… Grrr. Je la hais.

 

Mais revenons à nos houblons. Tandis que ça se bousculait à la boustifaille, je brandissais mon bracelet en cahoutchouc vert pour la première gorgée de Bière des champs. Après tout, c’est pour déguster ce nouveau breuvage que j’étais venue, il convenait tout de même, en tant que Belge, que je découvre de quoi il retournait. On m’avait prévenue : ambrée, notes florales. Je n’ai pas été déçue du voyage. La Bière des champs est une jolie brune chatain et, je dirais plutôt fruitée.

Servie très très frappée, ça m’a frappée. Surtout par rapport à la chaude ambiance du lieu. Elle est tout-à-fait délicieuse, cette Bière des champs. Elle est, et n’est-ce pas là sa vocation première, désaltérante à souhait. Ce qui la différencie d’avec d’autres bières, notamment, les bières d’abbaye auxquelles on risquerait de l’assimiler, c’est la façon dont elle a été conçue. Entièrement issue de la demande des consommateurs  que Heineken a sollicité, via Internet, il y a quelques mois. Par la magie, du marketing Pull, le goût, la couleur, l’assemblage et le brassage, bref, le contenu du contenant (une grande et belle bouteille à l’ancienne, style limonade) sont le résultat exclusif de cette grande consultation. Une formule inédite pour une bière qui ne l’est pas moins.

 

soirée Heineken453Le second verre terminé, le gosier arrosé de fraîcheur, les baisers distribués, on repart avec un petit cadeau. L’hôtesse m’a dit : “Votre ballon”, j’ai compris seulement ce matin en voulant l’ouvrir pour le gonfler qu’il s’agissait d’un éthylotest! J’ai refait le parcours Oberkampf-Versailles sans encombre car par la force des choses, deux conso only, j’avais consommé avec modération. Pour une Belge, c’est du stoïcisme, une fois!

 

Attention, l’abus d’alcool est dangereux pour la santé. 

 

Olivia Van Hoegarden


 

Retour à l'accueil