17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 18:00
concours EEGP
concours EEGP

Vous êtes lycéen, vous habitez Angers et vous aimez la création ?

Il est temps de libérer l'artiste qui sommeille en vous.

L'EEGP et ses partenaires, la Ville d’Angers, LCL Angers Foch et le magasin Dalbe Angers-Beaucouzé viennent de lancer un grand concours de créations artistiques & plastiques.

Pour le gagnants : une année d’études Mise à Niveau Arts Appliqués à l’EEGP d'une valeur de 4690 € ou une année d’études en 1ère année de BTS Design graphique à l’EEGP d'une valeur de 5790 €.

Ce concours de création artistique s’inscrit dans un contexte pédagogique qui permettra aussi d'évoluer vers ces métiers porteurs de l’image et du numérique.

Pour tout savoir dans les moindres détails, faites un tour sur le blog dédié au concours.

LES DATES : 

- Lancement 15 novembre 2014 - Clôture fin avril 2015 
- Exposition avril 2015 
- Remise des prix à la mairie d’Angers le 15 mai 2015

Partager cet article

Published by Puisquemoije - dans concours
commenter cet article
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 13:41

Eh oui, les gars, cette fois on ne s'adresse pas à vous. Destiné exclusivement aux étudiantEs, et organisé par Crédit Agricole S.A, le Grand Prix EtudiantEs Louise Tallerieson, a pour but d’amener les femmes à prendre très tôt toute leur place en entreprise, et surtout la même que les garçons.

 

Les étudiantes devront élaborer en équipe une proposition sur un sujet stratégique autour du groupe.

En février, les 90 participantes sélectionnées prendront part au challenge commun sur le campus Evergreen de Crédit Agricole S.A. Les meilleures équipes bénéficieront d’un véritable tremplin professionnel et d’une dotation globale de 20 000 euros.

 

Les inscriptions sont ouvertes sur la page Facebook de l’événement jusqu’au 15 décembre 2014. : http://bit.ly/GPLT15

Campagne Grand Prix EtudiantEs Louise Tallerieson

Campagne Grand Prix EtudiantEs Louise Tallerieson

Partager cet article

Published by Puisquemoije - dans Société-Pub-Marketing
commenter cet article
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 19:20
Imaginez vos pensées qui s'envolent comme des étoiles filantes à travers les voûtes de la sublime église de Saint-Eustache, à Paris. 
 Un rêve ? Non, une réalité grace à une idée créative de Filipe Vilas-Boas* qui, lors de la Nuit Blanche permet aux visiteurs de communiquer avec le ciel en envoyant leurs pensées dans les étoiles.

culture 3843 - copie-copie-1

En entrant dans l'église, une forêt de piliers guide notre vision. Les regards, tout comme les esprits, sont instinctivement happés, appelés vers le ciel. La verticalité du lieu nous met sur la voie et nous prédispose à la méditation. Avec "Shooting Thoughts", les pensées naissent, puis s’élèvent pour gagner les cieux en utilisant l’église comme transmetteur. Un expérience unique à ne pas manquer.  

Mais comment une telle idée a peu percer l'esprit d'un artiste ?J'ai rencontré les gens de St-Eustache pour exposer une création récente, une sculpture interactive", nous explique Filipe, "puis, en visitant l'église pour trouver l'endroit adéquat pour exposer mon œuvre, j'ai découvert cette forêt de piliers et ces voûtes magnifiques, j'ai eu alors l'idée d'une projection interactive qui soulignerait le message de l'architecture".

 

Média depuis des générations, l’église accueille désormais les nouveaux médias pour souligner sa fonction première : entrer en communication avec le ciel.

L'installation a été réalisée en partenariat avec Les Agentspéciaux, Kiss The Future, Laser Movement, Laurent François et avec le soutien de Art, Culture et Foi Paris.


 

 

Filipe Vilas-Boas est artiste et designer interactif. Après avoir utilisé l’espace public comme support d’expression et d’intervention, aujourd’hui il articule son travail autour de la sculpture, de l’architecture et des nouvelles technologies. 

  • INFO PRATIQUES 
  • "Shooting Thoughts", le Samedi  4 octobre 2014 à partir de 19H 
  • Paroisse Saint-Eustache 2 impasse Saint-Eustache - 75001 Paris - 01 42 36 31 05
  • Ajouter l'événement à mon calendrier Facebook.

Partager cet article

Published by Puisquemoije - dans Loisirs-Culture
commenter cet article
30 août 2014 6 30 /08 /août /2014 22:23

C'était dans un joli coin de Bretagne, à Saint Malo, près de la plage de Saint Sevran, à pic sur la mer et juste à côté de la tour Solidor. Un superbe cadre pour une superbe expo.

DSCN0133.JPG

C'est ici que ce week-end, a eu lieu la 11e édition de Solidor Métiers d'Arts: 50 professionnels des métiers d'art ont exposé leurs œuvres. Et c'est ici qu'on peut découvrir comment la matière devient art. 

plat.JPG

Cette année, le thème était "Les inséparables" et la créativité a atteint son zénith.

Des céramistes, des bijoutiers, des souffleurs de verre, une chapelière, un ciseleur-bronzier, des sculpteurs sur métal, ou sur grès émaillé ou enfumé et même graffité et encore bien d'autres, se sont donné rendez-vous pour le plaisir de nos yeux. Difficile de ne pas s'extasier devant tous ses artistes. Et encore plus de repartir les mains vides. 

Des coups de cœur à chaque pas. Comme les incroyables chapeaux de la modiste-styliste Mary Langlais, drôles ou originaux, mais toujours bien coupés et parfaits sous toutes les coutures. 

chapeau.JPG

On a admiré les colliers en acétate de cellulose (une matière inédite en bijoterie) de Philippe André, des bijoux design aux lignes épurés qui se composent et se décomposent pour donner vie à des créations originales. Ses pièces uniques feraient un malheur à Paris.

 pendentif-barette-noir-blanc.jpgTout comme les bijoux en papier recyclé de Geneviève Perrut, jolis et étonnant et qui font même du bien à la planète.

malocollier.JPG

Et comment rester indifférent devant l'étonnant salon du designer cartonniste malouin (tonkart) Christophe Flahaut qui avec sa table basse vitrifiée, sa bibliothèque avec des modules graphiques composables à l'infini et son buffet qu'on dirait en bois, et qui provoque une foule de questions. Des meubles robustes qui resistent au temps et qui surprennnent par leur poids plume. On repond aux problèmes d' écologie, on s'équipe de pièces uniques et le déménagement devient un divertissement. 

carton.JPG

Très prisé aussi le stand de Rémi Caudron, qui fait de la pyrogravure et la sculpture sur bois ainsi que des pipes magnifiques. 

Des ateliers-découverte comme celui du ciseleur-bronzier Ségolène Cavelot « la tour des anges » qui a fait découvrir à une foule de curieux les techniques ancestrales de la ciselure et du repoussé. Ou de celui de Sandrine Bihorel Hauquiert, artiste feutrière, qui a initié grands et petits à travailler le feutre, une matière qu'elle élabore à partir de fibres animales, en faisant découvrir toutes les étapes pour réaliser des œuvres uniques. Ou l'atelier de Jocelyne Jublanc (De femmes à femmes créations) qui a travailllé la nacre devant un public attentif pour extraire des nuances chatoyantes pour des sublimes bijoux.

atelier.JPG

Difficile de les citer tous, chaque artiste étant une découverte, de Maud Lelievre (Les carac'terres de Maud) qui a adopté la technique du raku pour réaliser ses sculptures de personnages enfumés dont les deux magnifiques danseuses qui ont attiré tous les régards à Annie Leveillault, la miniaturiste, avec ses mises en scène entre rêve et réalité, d'Isabellle Faure, créatrice de vêtements reversibles et transformables à Rhenauld Lecomte, le fileur de verre, un métier rare fait à la flamme (15 en toute la France) qui, cette année, a gagné le premier prix doublement élu par les adultes et les enfants) avec son magnifique bateau aux lignes épurées. maloverre.JPG

Mais une chose est sûre, Catherine Luce, la Présidente de l'association Malo' Métiers d'Art continue à faire monter le niveau d'année en année. Sous sa direction, tout était règlé comme du papier à musique car en véritable "directeur d'orchestre" elle a mené la danse de main de maître.

bella.JPG

Si vous avez raté cette sublime expo, tenez-vous informés pour ne pas rater celle de l'année prochaine ! Et si vous êtes artiste,vous pouvez même postuler pour y participer. 

 

INFOS : Solidor Métiers d’Art, Saint Malo Saint Servan
Entrée : gratuite  
http://malometiersdart.free.fr/ 
Courriel : malo.metiersdart@sfr.fr

 

Crédit Photos : Pino di Milano 

Partager cet article

Published by Puisquemoije - dans Loisirs-Culture
commenter cet article
19 août 2014 2 19 /08 /août /2014 18:58

Événement unique entre culture street, art numérique et interaction avec le public, voici une compétition artistique d’un nouveau genre qui permettra de faire découvrir de nouvelles disciplines créatives, visuelles et applicatives.

Les 9, 10 et 11 Septembre, les graphistes pourront monter sur le ring au Salon Viscom, pour démontrer leur talent dans une battle graphique où tous les coups sont permis.


 2006 scary movie 4 003

Sur un thème imposé par le "Dictateur Artistique" qui les obligera à utiliser sa propre sélection d'images issues de la banque d'images Fotolia, les créatifs s'affronteront dans une bataille sans merci.

Une fois le temps imparti écoulé, les créations seront imprimées sur différents supports (coques téléphone, tee-shirts, goodies) et le public devra juger des meilleures réalisations en votant en live ! 

questa-copie-1.jpg
8 Graphistes vont être présélectionnés dès aujourd’hui pour s'affronter durant les 3 jours (les 9, 10 et 11 Septembre) sur le Stand D45/D51 de la marque Roland (leader sur l'impression grand format).

Si vous souhaitez être l'un d'eux, il suffit d'envoyer un petit mail à contact@riofluo.com avec site internet et/ou photocompositions réalisées et coordonnées.

Les 2 finalistes du tournoi rencontreront, lors du troisième jour, les 2 "Boss" de la discipline IziDesign et Skio, membres du Gang Corp, Riofluo et de la Team BattleGraffik.

Pour se plonger dans une ambiance survoltée, les Battles seront en mode "Lucha Libre" (catch mexicain).
battlegraphik-VISCOM.jpg
Alors, préparez vos plus beaux masques et vos meilleurs combos de raccourcis claviers sur Photoshop, car il y aura des beaux cadeaux pour les gagnants (iPad mini, crédits Fotolia…) 

INFOS :

Rendez-vous les 9, 10 et 11 Septembre au salon Viscosur le Stand D45/D51 de la marque Roland
Pour obtenir votre badge gratuit pour le salon, http://couic.fr/9nz et entrez le code M1343267
Pour suivre l'Event rdv sur la page de Roland: http://couic.fr/9o0

 

Partager cet article

Published by Puisquemoije - dans Société-Pub-Marketing
commenter cet article
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 20:55

Le regard franc, la voix douce et posée et l’attitude humble, Frédéric Leveugle ne fait pas partie des photographes qui se la jouent « superstar ». Pourtant, depuis une vingtaine d’années, il est une référence dans le domaine de la mode et de la beauté. Grâce à son incroyable talent pour sublimer la femme, il a apporté une touche de sensualité à Givenchy, Aubade, Simone Pérèle, l’Oréal, Burton of London et à bien d’autres.

aubade.jpg 

Son métier, il l’a appris près de grands maîtres de la photo (Horst P. Horst, Dominique Issermann, André Rau, William Klein, Serge Barbeau, etc.) qu’il a côtoyé et secondé pendant des années. Mais une fois déployés ses propres ailes, il a apporté une touche personnelle de sensibilité et de sensualité. Il est constamment dans une quête de moments sincères chargés d’émotion qu’il arrive à saisir dans l’excitation de l’instant.nere.jpgJe lui pose quelques questions. Ses réponses sont à l’image de l’artiste, généreuses, humaines et pleines de sagesse. Presque une leçon de vie.

Pourquoi « photographe beauté » ? Pourquoi les femmes ?
 Dès mon plus jeune âge, j‘ai assimilé le beau à la femme. Cela s’est donc imposé à moi, sans y réfléchir. Peut-être parce que j’ai été en internat très longtemps dans un univers ultra masculin et très fermé, où le monde féminin se réduisait à ma mère. J’ai donc cherché à être au contact de la féminité, au plus près de « la femme ». D’une manière générale, je me sens bien quand je collabore et échange avec des femmes.

 

Comment on gère l’équilibre entre sa nature d¹artiste et celle du photographe à la solde de l’annonceur, surtout quand il vous impose ses choix ? Très franchement, je ne sais pas si j’ai une nature d’artiste ! J’essaye juste de raconter des choses avec un appareil photo. J’aime beaucoup me mettre au service d’une marque ou d’un projet et j’essaye d’apporter le maximum, tout en gardant à l’esprit que les clients ont des contraintes. Effectivement le fait d’être choisi en fonction de son travail et de ne pas pouvoir faire toujours ce qu’on souhaiterait est souvent frustrant. Mais je n’oublie pas que si notre profession existe, c’est bel et bien dans le cadre d’un processus économique, Le coté narcissique (s’il a lieu d’être) est de toute façon satisfait par le fait d’être choisi pour ce qu’on apporte parmi tant de photographe ! Et d’être payé cher.lejoursanspub-frederic-leveugle-copie-1.jpgEt comment est la relation avec les créatifs (notamment les AD)? Ils vous choisissent en vous donnant carte blanche ou veulent vous diriger pour garder leur bébé ? Je ne me plains pas car j’ai eu la chance de pouvoir accompagner sur des années des marques et des projets grâce à la confiance de certains créatifs d’agences. Les DA, bien souvent je les plains car ils sont en première ligne et font des compromis chaque instant. Par contre, quand on a la chance d’être raccord, alors oui, c’est que du bonheur, et je donne tout ce que j’ai dans le ventre. Quand la confiance mutuelle s’installe, je suis plus libre de véhiculer toute la plus-value qu’un photographe conscient de son travail, mais aussi de ses responsabilités, peut apporter.

 

frederic-leveugle-Puisquemoije-copie-1.jpgPensez-vous qu’aujourd’hui on laisse moins de liberté aux artistes pour exprimer leur talent que dans les années d’or de la pub ? Quand j’ai commencé, je travaillais principalement sur la base de dessins, donc l’interprétation était plus aisée. Aujourd’hui, on part quasi systématiquement de maquettes avec des images produites par d’autres, validées et revalidées par le client, ce qui a pour effet de ne pas donner un large champ de « liberté » au photographe. C’est devenu la règle de jeu. On l’accepte ou alors on ne le fait pas. Ca arrive de plus en plus souvent de ne pas pouvoir amener sa touche personnelle car il y a aussi la peur de se tromper, de mal faire, de contrarier untel … Dans ce cas, j’utilise mon expérience pour les accompagner au mieux, plutôt que de faire « l’artiste ». J’essaye de faire évoluer l’idée graduellement, à travers des images et, quand il y adhère, alors là oui, je suis le plus heureux des photographes.

Que pensez-vous des créatifs de pub, des artistes frustrés ? Des faux artistes? A mon sens, si artiste il y a, il y a forcément beaucoup de frustration. Quant aux faux artistes, que dire, ne me prenant pas moi-même pour un artiste, peut être en suis-je un faux moi-même ?

Vous déclarez être en quête de « l’Émotion » dans chaque image. Alors, il se passe quoi dans votre tête, quand vous avez l’œil dans le viseur au moment d’appuyer sur le bouton ? Il se passe des tas de choses dont les gens qui vous entourent n’ont pas conscience. Quand j’arrive à faire l’image que j’avais en tête le matin en arrivant, c’est du pur bonheur ! Réunir en un instant aussi court que les fractions de seconde à laquelle un photographe travaille: un cadrage, une lumière, une émotion, c’est magique…

Question bonus : Pouvez-vous nous donner une idée de l¹envers du décor ? Faire des dizaines d’heures d’avion, attendre des heures en transit, se retrouver sur un bateau au milieu de l’océan indien afin de rejoindre une ile sur laquelle on va rester deux semaines et voir des dizaines de dauphins accompagner le bateau. Mais c’est aussi se retrouver seul dans une chambre d’hôtel après une journée de shooting et se demander ce qu’on fait là, ou alors attendre et attendre et attendre des heures qu’on veuille bien que ça soit à vous « de jouer » en studio sur parfois des sujets moyennement excitants.

 

Par Monsieur_G ( Le jour Sans Pub)

Partager cet article

Published by Jour Sans Pub - dans Société-Pub-Marketing
commenter cet article
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 11:47

La Mustang a toujours été considérée comme une véritable œuvre d’art roulante. 
En occasion de son cinquantième anniversaire, le sculpteur britannique Robin Bark célèbre la Mustang avec une sculpture en métal en édition limitée, inspirée du coupé fastback 1965.

MustangSculpture_0273-copie-1.jpg
Cette œuvre d’art, produite en seulement 500 exemplaires, exprime toute la puissance et les performances de la légendaire sportive de Ford.


D’une longueur de 18 cm, et pesant 1 kg, chacun des 500 exemplaires, poli à la main, numéroté et signé, est produit selon un procédé traditionnel de fonderie d’aluminium selon des méthodes traditionnelles. 
Les sculptures en édition limitée sont disponibles à la vente sur le site internet de l’artiste à l’adresse robinbark-motorart.com.Mais attention, il n'y aura que votre doigt et vos yeux qui pourront prendre leur pied !

 

Partager cet article

Published by Puisquemoije - dans Loisirs-Culture
commenter cet article
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 14:57

Le lissage brésilien, tout le monde connait. Il a été un sujet qui défrise au moment du scandale du formol car si l'effet lissant était spectaculaire et immédiat, les produits utilisés étaient cancérigènes.

Et depuis ? Rassurez-vous, depuis 2010 il n'y a plus de danger. En effet, les autorités sanitaires, l'ASNM t la DGCCRF ont dressé une liste noire des produits dangereux qu'on a interdit en France ainsi que des produits qu'on peut utiliser et dont les pourcentages réglementaires de formol ne sont pas dépassés. 

 

Vous la trouverez ici

 

Mais si le lissage brésilien n'est plus dangereux, est-il encore efficace ? J'ai décidé de le tester pour vous. 

Mes cheveux, naturellement lisses, ont tendance à frisotter avec l'humidité et ceci depuis la naissance de mon enfant. Alors, si le lissage brésilien permet d'éviter l'effet "crinière de lionne" dès que la pluie tombe et si, ô joie suprême, je peux me passer du brushing et du coiffeur, ça vaut le coup de l'essayer. 

 

Mais où ? Car mes cheveux j'y tiens ! Je passe ma vie à les bichonner, à les soigner. Ils sont ma parure, mon aura de fée, de princesse, mais ils sont fins et fragiles. Mes copines qui ont essayé « le brésilien » ont des cheveux épais et résistants. Que va-t-il se passer sur des cheveux de bébé ? 

 

Je fais donc le tour des coiffeurs de mon quartier, je pose des questions, je compare les méthodes, puis je finis par choisir le salon Beauté Saint-Honoré, convaincue par les commentaires, les bonnes notes des Clients.

1.+Et aussi par la promo car ce type de traitement jusqu'à 450 euros pour les cheveux longs, a tendance à lisser le portefeuille.

 

Je suis séduite par leur promesse sur le site : "Finis les frisotis indisciplinés et les brushings à répétition qui abîment vos cheveux. Désormais, ceux-ci sont assouplis et faciles à coiffer. Des cheveux lisses et soyeux grâce à ce lissage brésilien. "

 

J'appelle car je crois au bon feeling en direct et aussi pour être sure que mes cheveux ne risquent rien. Fiona me rassure, il s'agit avant tout d'un soin profond à base de kératine qui va hydrater et détendre mes cheveux, les gainer, fermer les écailles et les faire briller. Elle me précise aussi qu’il peut faire virer la couleur ou l’éclaircir. Et que je n'aurais pas des baguettes, car pour cela il n'y a que le lissage japonais. Ca a le mérite d'être clair. Rassurée, je prends rendez-vous.

 

Je respecte les consignes : pas de "shampoing quatre jours avant, pas de coloration ou de mèches, trois semaines avant le lissage au minimum ».

 

L'endroit est joli et chaleureux grâce à sa déco rose et blanche, très fifilles. L'accueil est agréable. Ca commence bien.

2-copie-2.JPG

 

Fiona m'explique tout ce qu'elle fait dans les détails en me montrant aussi les produits utilisés. Je la bombarde de questions, elle répond à toutes, patiemment. Après un shampoing crémeux qui sent très bon, elle applique le produit mèche par mèche sans toucher au cuir chevelu. Pas d'odeur bizarre, le produit sent la fraise. 

 

Le temps de pause est agrémenté d'échanges sympathiques avec les deux autres filles. On papote de tout et de rien, comme si on était à une soirée "copines". 

 

Avec mon grand étonnement, au bout de 20 minutes, rinçage des cheveux (déjà ? je pensais qu'il fallait au moins 2 heures). Puis, sèchage au séchoir, et passage du fer à lisser, mèche par mèche. Quand Fiona passe les plaques, ça fume un peu. Elle m'explique que c'est le produit qui s'évapore. Du moment que ce ne sont pas mes cheveux ! 

Voilà, c'est fini ! Pas mal même avec le produit pas rincé.  Je rentre avec des cheveux un peu plats (ce n’est que du provisoire), mais lisses et brillants.

dietro1-copie-2.JPG

RV dans 48 heures sans les laver ni les attacher. Zut ! Ça, je ne l'avais pas prévu. Bah oui, il faut laisser le produit agir 48 heures et plus pour avoir un bon résultat. 

Quelques jours plus tard, après un RV chez eux pour un rinçage suivi d'un brushing, je rentre ravie à la maison. Mes cheveux sont beaux et résistants à la pluie qui leur tombe pile poil dessus en sortant. Super !

Mais je ne veux pas crier victoire. Ce sera au premier lavage que je verrai le changement. Bien évidemment, avec un shampoing spécial et sans sulfates afin de garder les effets de la kératine. 

Et voilà e verdict, après 2 semaines et deux lavages maison : oui, mes cheveux sont brillants, souples, nourris en profondeur, bien plus forts. Oui, ils ne frisent pas, sont plus facile à coiffer et plus disciplinés. Pas parfaitement raides, mais ce n’était pas mon but. Et je divise par 4 le temps de sèchage.

 

En revanche, mon rêve de me passer du brushing, reste un rêve. Zut, alors !

A réessayer ailleurs, pour voir si selon les produits et les coiffeurs le résultat est le même. Rendez-vous donc dans 4 mois pour la suite des événements.

Partager cet article

Published by Puisquemoije - dans J'ai testé
commenter cet article
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 16:04

Vous avez surement entendu parler du "café suspendu". Un petit geste avec une grande valeur.
Certains parmi vous l'ont déjà expérimenté. Maintenant vous pouvez aussi les géolocaliser.

lecafésospesoPour ceux qui vivent encore dans une grotte, le café "sospeso" est une tradition napolitaine et aussi une philosophie de vie.

Luciano de Crescenzo (philosophe et écrivain Italie) en donne sa définition dans son bouquin :
"Il caffè sospeso": «Quand un napolitain est heureux, quelle qu’en soit la raison, au lieu de payer
un seul café, celui qu’il devrait boire, il en paie deux, un pour lui et un autre pour le client qui
viendra après lui. C’est comme offrir un café au reste du monde… ».

Offrir à un inconnu un petit cadeau pour partager notre bonheur, c'est une idée qui est né à
Naples, cette ville difficile à percer pour ceux qui ne font que passer. 

Une ville souvent affamée mais fière, berceau de Caruso et de la Camorra, une ville où les pieds
nus croisent des Louboutins, les scugnizzi (enfants de la rue) les nobildonne (femmes aristocrates). Et entre les deux, il n'y a rien, aucune classe moyenne. Mais c'est aussi ici que la générosité et la
chaleur humaine existent et quand quelqu’un a plus d’argent, il le partage et redistribue aux plus demunis.

En France, le concept du "café suspendu" a explosé en 2013, après le mouvement des "Indignés",suivi de près par les baguettes, les kebabs, les sandwichs, les fruits et légumes et les livres.
Désormais il en existe aussi en Espagne, aux Pays-Bas, en Bulgarie, en Russie, au Canada et
même au Costa Rica.

Et à Naples, depuis 2011, il y a même la Giornata del Caffè Sospeso (Journée du café suspendu),
le 10 décembre.

Pour découvrir les cafés suspendus près de chez vous qui participent à cette démarche, cliquez ici pour les géo-localiser 

Alors, long, ristretto"ou "suspendu" ?  

Partager cet article

Published by Puisquemoije - dans Société-Pub-Marketing
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 18:14

Vous voulez rentrer dans la pub ou dans la com et vous vous demandez quels sont les bouquins à ne pas rater ? Ca tombe bien, c’est mon rayon.

Je vous ai fait une petite sélection des incontournables, ceux qui vont vous rendre plus intelligent en nourrissant votre hémisphère gauche. Ou droit. Et puisque Noël approche, c’est le moment d’en profiter pour alimenter votre liste pour le Père Noël.

Langue de pub : Le kit de survie du publicitaire par Babette Auvray-Pagnozzi

Directeur de la Création, et passionnée de la pub, Babette Auvray-Pagnozzi est une véritable référence dans le métier. Son livre, véritable bible de la pub, est le premier vade-mecum de l’aspirant pubard. Véritable «all in one», il vous apprend tous les mots et les métiers de la com et vous servira de guide avant-pendant-après. Drôle et impertinent, ce who’s who des agences et des légendes, il vous fait découvrir les tics et les tocs des publicitaires, leur langue jargonneuse, mais aussi les cibles, les stratégies, les études, les médias, les festivals et les prix, les tuyaux et les ficelles… Indispensable et incontournable pour ceux qui veulent tout savoir sur la publicité. 1fb00ecf929c0a22d17a5c.L._SX750_SY470_.jpg

100 Visual Ideas, 1000 Great Ads par Joe La Pompe 

Mythe et légende de la pub, mais aussi grand amoureux de pub créative et collectionneur infatigable, Joe La Pompe, le vengeur masqu" de la pub, passe au crible 100 idées visuelles et thèmes récurrents de la création publicitaire mondiale. De Marilyn Monroe à Dark Vador en passant par la statue de la Liberté et par King Kong, il vous montre leurs multiples déclinaisons dans 1000 campagnes publicitaires. Une véritable source d’information et d'inspiration.

bookcover2

C'est quoi l'idée ? par Philippe Michel

Fondateur de l’agence CLM-BBDO, iconoclaste et charismatique, Philippe Michel a disparu sans pouvoir achever ce premier ouvrage sur lequel il travaillait avec Anne Thévenet-Abitbol. Beaucoup de ses réflexions et aphorismes sont regroupés dans ce livre pétillant, qui est aussi un manifeste pour la créativité, contre le formatage des cerveaux, et un essai sur la publicité intelligente, la nouvelle société de consommation ou encore la culture du désir.philippemichel cestquoilidee- L'idée qui tue ! par Nicolas Bordas

Vice-Président de TBWA\Europe, Président du réseau BEING Worldwide et fils spirituel de Philippe Michel, Nicolas Bordas nous donne ses 10 commandements sur comment fonctionnent et grandissent les idées. Comment marchent les idées qui marchent ? Qu'est-ce qui différencie une bonne idée d'une "idée qui tue" ? Pourquoi certaines grandes idées tombent-elles dans l'oubli ? Nicolas Bordas , décrypte ici toutes sortes d’idées, grandes ou petites et analyse leur échec ou leur succès.livre-publicite-nicolas-bordas

Hello City ! de Sandrine Estrade-Boulet

Artiste, Directeur artistique, illustratrice graphiste, illustratrice et un peu photographe, elle laisse libre cours à son imaginaire burlesque et délirant pour traduire la poésie de la ville en images. Son regard se pose sur les choses et avec une âme d’enfant pour détourner fissures, taches sur les murs, la mousse ou brins d'herbe qui s’exprime entre les pavés. La ville est une page blanche qu'elle interprète avec humour ou avec amour.

livre-sandrine-2.jpg

La publicité autrement par Jean-Marie Dru

Jean-Marie Dru, président de TBWA Worldwide et à l'origine de la fameuse « disruption », nous éclaire sur les mutations des marques et des entreprises, que la publicité accompagne et précède parfois. Il nous invite à s'interroger sur la révolution que connaît la pub en ce moment, et à imaginer ce que sera la pub demain en nous racontant avec passion des histoires sur des produits qui ont changé le visage de la pub.

lapublicitautrement.jpg

- Réussir avec les réseaux sociaux [Format Kindle] Jean-François-Ruiz 


Jean-François Ruiz, spécialiste reconnu des réseaux sociaux, signe ce bouquin, écrit à quinze mains qui donne les moyens très concrets d’activer son réseau social en ligne, puis de l’animer et de le développer. Ce livre s’adresse, dans une approche concrète, aux chefs d’entreprises, entrepreneurs, managers, consultants, communicants ainsi qu’aux particuliers (étudiants, en recherche d’emploi). 

reussir-reseaux-sociaux

 Joyeux Noël et bonne com !

 

Partager cet article

Published by Puisquemoije - dans Société-Pub-Marketing
commenter cet article

Présentation

  • : PuisqueMoiJe
  • PuisqueMoiJe
  • : Puisque moi j’aime lire, sortir, découvrir, partir, revenir, papoter, partager, voilà mon vide-poches où je déballe mes infos utiles ou futiles, mes coups de cœur et mes coups de gueule. Et aussi mes trucs, machins et bidules.
  • Contact

Profil

  • Puisquemoije
  • Babette Auvray-Pagnozzi
Profil droit, créative dans la publicité. 
Profil gauche, curieuse de la vie. 
Et passionnée de deux côtés.
  • Babette Auvray-Pagnozzi Profil droit, créative dans la publicité. Profil gauche, curieuse de la vie. Et passionnée de deux côtés.

Contact

puisquemoije@free.fr  

Recherche

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog